La défense du Sampo par Akseli Gallen-Kallela (1896).

Chers amis,


« Voici qu'un désir me saisit
L'idée m'est venue à l'esprit
De commencer à réciter,
De moduler des mots sacrés,
D'entonner le champ de famille,
Les vieux récits de notre race.. . »


Ces vers du médecin, poète, explorateur et linguiste finlandais Elias Lönnrot introduisent le Kalevala, épopée des Finnois.
Paru pour la première fois le 28 février 1835, ce poème héroïque, comparable à une œuvre d’Homère, signifie « terre nourricière des héros ».


L’auteur partage la vision du philosophe allemand Johann Gottfried von Herder, disciple de Kant, mentor de Goethe et inspirateur du Sturm und Drang, qu’une nation ne peut exister sans une identité culturelle propre. Parcourant la Carélie du Nord et de l’Est, le « pays aux cent-mille lacs », Lönnrot glane auprès de bardes, villageois, pleureuses, sorciers…, les poèmes, légendes et chants colportés oralement depuis la nuit des temps. Il a fallu une patience de sept ans au médecin pour gagner la confiance des paysans, réussir à désinhiber leurs langues et récolter le précieux héritage du folklore finnois.


Comptant environ vingt-trois mille vers, son œuvre commence par la description de la cosmogonie du pays. Le monde serait né de l’explosion d’un œuf d’oiseau dont le haut de la coquille représente le ciel soutenu par une colonne qui relie la terre à l’étoile polaire.
Différents styles narratifs s’enchaînent : incantations de chamanes, préceptes sur le devoir des époux, conseils pour brasser la bière, histoires de luttes de héros, d’amours et de morts… Faisant alternativement appel au lyrisme, au magique ou encore au tragique, le Kalevala s’inscrit parfaitement dans la tradition épique. Le style quant à lui joue sur l’allitération et le parallélisme syntaxique, qui procurent une musicalité, facilitent la mémorisation du récit et donc sa transmission.


La force de Lönnrot est d’introduire au sein des cinquante chants des héros récurrents (bardes, guerriers, poètes, magiciens, forgerons), qui créent un fil rouge et lui donne une unité. Unité qui éveille un sentiment d’identité national basé sur une mémoire mythique et mythologique propre, alors même que le pays est encore sous domination russe.


Dépassant de loin les autres épopées nationales, le Kalevala constitue une œuvre phare du patrimoine finlandais. Pierre angulaire de l’identité nationale, il joue du sentiment de fierté et d’appartenance et n’est pas sans impact sur la future indépendance de la Finlande en 1917.
Source d’inspiration majeure pour J. R. R. Tolkien, auteur du Hobbit et du Seigneur des anneaux, en voici un extrait :

« Les mots se fondent dans ma bouche,
Les paroles lentement tombent,
Elles s'envolent de ma langue,
Se dissipent entre mes dents.
Frère aimé, compagnon chéri,
Beau camarade de jeunesse,
Viens vite chanter avec moi,
Approche-toi pour réciter,
Puisque nous voici réunis
Provenant de lieux différents ;
Rarement nous nous rencontrons,
Nous nous retrouvons avec peine
Dans notre triste territoire,
Dans nos pauvres terres du nord ».


Nous souhaitons une excellente semaine à tous et une bonne fête aux Romain, Auguste, Aubin, Charles, Guénolé, Casimir, Olive et Colette…


Albane de Maigret