Les croix perdues de la Légion d’honneur

 

Chaque année, en janvier, est publiée la liste des citoyens nommés ou promus dans l’ordre de la Légion d’honneur. Ceux-là vont, après leur réception, en arborer les insignes, marque de leur distinction.

Plaque de la Légion d’honneur brodée, uniforme de colonel de chasseur à cheval de la Garde impériale de Napoléon © Wk.

Bonaparte s’est-il demandé, lorsqu’il a créé la Légion d’honneur, quel serait le sort des étoiles ? L’on ne disait pas encore la croix en 1804. À l’origine, les chevaliers portaient du matin au soir, sur leur habit ou leur uniforme, ces insignes appendus au ruban rouge. Puis, le temps a passé et les légionnaires ont réduit la largeur du ruban, comme la taille de l’insigne, et n’ont sorti la croix de leur écrin qu’à l’occasion de cérémonies. Le grand chic aujourd’hui est de coudre le ruban rouge le plus fin possible au bord du revers de sa veste sans, surtout, ne jamais atteindre l’extrémité de la boutonnière. Est-ce pour éviter le fixe-ruban métallique, trop long, trop large et inélégant ? Bientôt, on fichera une épingle à tête rouge dans la couture de ladite veste.

 

Lors des réceptions dans l’Ordre, on cherche en vain, à l’exception du récipiendaire et du représentant du Grand chancelier, les insignes bien visibles sur la poitrine des membres de l’Ordre présents. L’un des grands chanceliers avait envisagé une règle selon laquelle tous les membres de l’Ordre devaient arborer la croix lors des réceptions. Cela ne fut pas suivi d’effet. Dommage.

 

Quelle mouche pique ceux qui ont véritablement rendu des services éminents à la nation et se contraignent à rougir devant le ruban rouge ? Les enfants en viennent à ne plus prendre en compte cet héritage. Quel est l’étalage des brocanteurs sur les marchés aux puces qui ne propose pas en vrac des Légion d’honneur ? Ces croix devenues anonymes sont mélangées à des épinglettes et autres colifichets et vendus à l’aune de l’oubli. Nous nous souvenons du capitaine de vaisseau B. qui, choqué par l’indifférence des héritiers qui se sont débarrassés de la Légion d’honneur de leur père, grand-père, les achetaient systématiquement. Il en a sauvé des dizaines et des dizaines. Dans un grand tiroir, ces croix orphelines soigneusement rangées retrouvaient un éclat qu’elles n’auraient jamais dû perdre.

 

Et si, à votre tour, vous remettiez à l’honneur les décorations de vos aïeux ? Une belle occasion de raconter leur histoire à vos enfants et petits-enfants.

 

Suivez toute l’actualité du Bottin Mondain

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire



©Société du Bottin Mondain • 1 bis, rue Collange 92300 Levallois Perret • 01.41.27.13.13